• Accueil
  • > Recherche : dessin fleur

Résultats de la recherche pour ' dessin fleur '

Je n’ai pas fini de t’aimer…

dessinangie.jpg

Dessin que j’ai réalisé: crayons HB, 6B, gomme mie de pain

 

O dis-moi que depuis la nuée incandescente,

Recroquevillé dans les draps mousseux,

On peut entendre le souffle de l’automne,

Son agonie étendue sur l’asphalte humide.

Dis-moi que tu vois mes amours mourir.

 

Les feuilles pâlies sont enlevées par le vent

Les larmes de mes yeux trop fragiles, suivent.

J’ai ramassé les cendres, avec elles les souvenirs.

Dis-moi que tu les rendras plus douces

Quand je les soufflerai vers ton ciel rougeoyant.

 

A genoux sur le tombeau des amours mortes,

Je n’ai gardé que les feuilles de notre automne.

Dis-moi que tu sais à quel point elles sont belles

Sur l’arbre de mon coeur qui ne cesse de fleurir.

Dis-moi que c’est par ce chêne immortel

 

que toujours tu respires…

 

Dessin et poème: Angie

 

 

 

Dessin – Fleur de Lys

fleurdelys.jpg

Dessin aux crayons

Exposition William BLAKE

Exposition William BLAKE  William_Blake_1175028775032760 

(William Blake, par Thomas Philips)

Une exposition sur les oeuvres de William Blake a lieu en ce moment au Petit Palais à Paris jusqu’au 28 juin 2009. Je m’y suis rendue (entrée gratuite pour les étudiants en art) et le moins qu’on puisse dire c’est que je suis tombée complètement amoureuse de son travail. Artiste peintre anglais mais également poète, il est né en 1757 et mort en 1827. Il est considéré comme un pré-romantique s’étant illustré dans l’aquarelle, la lithographie, le dessin ou encore la gravure. Ses oeuvres, inspirées de scènes bibliques, nous laissent entrevoir un univers sombre fait de créatures plus terrifiantes les unes que les autres. L’homme est appeuré ou perdu dans les flammes de l’enfer. La tête dans les bras, il semble résigner, se laissant aller à la douleur qui envahit l’oeuvre.

0312-0089_die_nummer_der_bestie_ist_666

Cet univers si particulier et étrange accorde aussi une grande place à la poésie que Blake s’attachait à illustrer. La végétation vient réunir texte et dessin.

383pxblakeechoinggreen.jpg blakeshepherd.jpg

Autodidacte, il a été longtemps considéré comme un fou, notamment à cause de ses visions irrationnelles, mais William Blake est estimée aujourd’hui comme un « génie visionnaire », se dévoilant à travers son lyrisme et sa force imaginative. Il s’exprime à travers ses oeuvres et ses oeuvres s’expriment à travers ses traits puissants, violents qui captent notre attention et nous mettent face à une scène qui nous déconcerte, trouble notre propre entendement.

williamblake468x602.jpg

Il était en avance sur son temps, mais il n’hésitait pas à revenir à l’art du Moyen-Age, comme on le constate avec ses enluminures plus préciseuses les unes que les autres!

C’est un conte fantastique passionnant que cette exposition nous invite à découvrir.

william_blake_pity_shop_postcard

De l’autre côté, au Grand Palais, il y a l’exposition sur Andy Warhol (auquel je vais assister bientôt) et qui, bien sûr, attire plus de monde mais finalement je ne regrette pas d’être allée à l’exposition de William Blake aussi.

J’avais mis sur ce blog il y a un moment une citation de l’artiste romantique, que j’aime énormément: « Voir un univers dans un grain de sable et le ciel dans une fleur des champs. Tenir l’infini dans sa paume, mettre l’éternité dans une heure ». Elle montre à quel point l’univers que William Blake avait dans les yeux n’avait pas de frontières, à quel point il donnait à son imagination une liberté sans limites, n’écoutant que sa voie…c’est à cela que j’admire et apprécie un artiste.

Angie

(J’ai eu quelques problèmes avec ma messagerie orange depuis trois semaines environ. Je ne recevais plus aucun message et je ne pouvais plus en envoyer >_<  Donc je suis désolée pour ceux qui m'auraient écrit ou qui m'envoie des commentaires par email et qui n'ont pas eu de réponse de ma part.)

 

Ce monde imaginaire

happyvillagewallpapers78751280x800.jpg

Dessine-moi notre monde que je l’accroche à la fenêtre.

Je veux des collines flamboyantes dans l’étreinte d’un astre

Pour que s’éclipse cette pâleur qui parsème mon visage.

Je veux des arc-en-ciel d’étoiles portés par les nuages

Pélerins de ton âme. Qu’ils se reposent parfois

Au haut sommet des montagnes.

 

Dessine-moi les maisons où les rêves habitent

Là où ils s’unissent à la lumière qui entre matinale

Et que jamais ne vienne le reflet du présage

Je veux entendre chaque pas des secondes

Venant fleurir le vieux plancher. S’endormant…

On pourra cueillir à ses pieds nos doux souvenirs.

 

Dessine-moi un jardin où éclorera nos secrets

La fleur de nos promesses, les ronces de nos peines,

Le fruit de nos amours sans jamais se fanés,

Qu’elles envahissent notre monde de ce parfum

Qui porte ton nom et qui portera le mien

Dans chaque goutelette d’une larme rosée.

 

Dessine-moi pour finir des fleuves sans fin

Où se reflèteront les humeurs du ciel onduleux.

Je pourrais m’en aller y boire chaque saison

Au goût ô merveilleux de tes doux sentiments

Qui demeureront dans mes veines bleutées

Brillantes sous ton pinceau amoureux.

 

Angie

 

Espérance et sentiment

 

Ombre qui se dessine sur la terre

Esprit qui parcourt les rêves

Tu es la caresse qui glisse sur la rivière

Tu es cette main dans l’eau étoilée,

Une musique qui s’élève à l’Univers,

Une flamme d’espoir qui lutte seraine

Quand l’écrin céleste offre ses pensées.

 

Tu es celle qui peut attraper la brise légère

Sur cette joue où ta larme s’est enroulée

Car tu es celle dont le coeur guide l’Inconnu.

Il sait bien le faire, comme tu sais bien aimer

Les mouvements perpétuels d’un soleil

Qui tend ses filaments au regard qui se lève,

Brillant de désir, d’amour ou de peine.

 

Ecoute en silence ton souffle qui se mèle

A la fleur qui s’ouvre, délicate, vers le ciel,

Au fleuve qui rejoint patiemment la mer,

Au sourire qui se dessine sur les lèvres

D’âmes unies par les frasques d’un destin,

A la pierre qui craquelle sous le vent

Ou à ton sommeil qui rejoint le lointain.

 

Et dans ton silence n’oublie jamais que tu es

L’ombre qui porte les croyances et les peurs,

Les lendemains, les courages et les souffrances

Dessinés par le temps sur ton âme de papier

Mais que cette ombre saura, oui, saura vaincre

Ses lignes tranchantes et vivantes d’illusion

Si elle se donne seulement cette envie d’y arriver.

 

Angie

 

PS: Ce poème est le dernier avant un long moment suite à mon départ pour mes études. Je reviendrai le plus vite possible. A bientôt! ;)

Innocence

iqu3umya.jpg 

 Enfants des lointaines collines escarpées,

Fermez vos yeux face à l’horizon sanguinaire

Où ne volent plus que des affreux vautours assoiffés

Par les sources où se jette le sang des guerres.

 

Enfants des lointaines collines escarpées,

Ecoutez donc cet écho éphémère.

 

Il n’y a plus rien à envier aux ors toujours enfouis

Qui jaillissent et tombent au creux des pierres élevées

Pour embellir les belles ruines des champs et des mers

Et se graver dans le silence de sourires agonisants.

 

Enfants, enfants, n’ayez crainte de la nuit qui s’élève

Elle vous guidera vers le paradis des lucioles.

 

J’ai bien vu quelques fleurs tâchetées de rouge-sang

Eclorent au milieu de la tempête chantante.

Elles crevaient, aplaties sur le sol menaçant,

Après le passage des volontés froudroyantes.

 

Enfants des lointaines collines escarpées,

Il n’y a plus de vos larmes qui valent la peine de couler.

 

Ces soupirs qui vous viennent parfois de quelques échos

N’appartiennent qu’à d’autres vautours impuissants

Qui dansent à leur tour avec le soleil qui se lève,

Apportant de nouvelles haines dans ses rayons lumineux.

 

Enfants, enfants, cet horizon que vous portez dans vos yeux

N’existe plus que par vos dessins innocents.

 

Angie

 

Roses à ma mère

Roses à ma mère

 N’ayant pas pu acheter des fleurs à ma mère, je les ai dessiné pour sa fête (la prochaine fois je prendrais des photos ^o^’ )


Calendrier

novembre 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Quelques textes des étudian... |
LA PHILO SELON SYLVIE |
Les écrits de Shok Nar |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | kantinof
| quelques mots parmi tant d'...
| MA PETITE FEE