Archives pour la catégorie Mes poèmes: Nature



Douceur d’hiver

Image de prévisualisation YouTube

(Musique: L’Hiver, de Vivaldi)

Doux hiver

A la couleur des anges

Tu blanchis nos terres

Qui s’endorment sur tes manches.

Les petites chenilles s’en vont tremblantes

Se mettre à l’abri de ton froid

Pendant que la nature frissonante

Se vêtit de son manteau de soie.

Tu laisses tomber ton trésor d’argent,

Ta plus belle trace dans notre univers,

Pour illuminer le sourire des enfants et des grands.

Au lointain, on entend frémir l’echo des prières.

Comme il est bon de fermer les yeux,

Arrêter le temps

Et écouter ton souffle bienheureux

Qui refroidit notre monde si violent.

Entends-tu ce loup solitaire

Qui, près de sa lune bien-aimée,

Hurle même jusqu’aux mers

La douceur de ta beauté?

Mais tu t’en iras, toi le doux hiver,

Comme tu es venu,

D’une brise fraîche et légère

Qu’on espérait, parfois, plus…

 

Angie

numriser0001.jpg

L’automne roi

Image de prévisualisation YouTube

(Musique: Automne, de Vivaldi)

 

Doucement, le soleil orangé se lève

Et, de ses rayons, pose sur les millions de feuilles

Sa couleur tendre, éphémère

Qui habille Dame Nature de sa robe d’automne.

Le vent, son irrésistible amant,

La fait tournoyer encore et encore.

Ils emportent avec eux, follement,

Les petites âmes fragiles qui résistent à leur sort.

Rouges, jaunes, oranges,

La Nature s’élance, tréssaille, brille de mille éclats

Enlaçant avec elle le coeur des anges

Qui s’émerveillent de ces couleurs d’ici-bas.

Les nuages qui recouvrent le ciel

A leur tour se plaît au velour rougeoyant

Et voilà la terre se transformant en palais de miel

Où résonne les rires des enfants.

On court, court, court ici et là, panier à la main

Le décorant de quelques noisettes et noix.

Le bonheur accompagne les cueillettes du matin,

La mélancolie s’envole avec les feuilles. Voici l’automne roi.

Angie

 

numriser0002.jpg

Le chaleureux été

Image de prévisualisation YouTube

 (La violoniste se nomme Sarah Chang. Elle joue le 3ème mouvement de l’Eté de Vivaldi.)

Eclat!

Chaleur!

L’été est là,

Dévoilant toute sa lueur.

Voilà que les fleurs scintillent!

Voilà que les peaux se dévoilent!

Des regards par-là, des regards par-ci.

On se jette sur les toiles.

Il faut graver ces paysages

Où plus rien ne se cache,

Où tout s’agite.

Les chewing-gums se mâchent

A se tordre la mâchoire, vite!

Tous se bousculent,

Les ruelles transpirent

Et plus rien ne recule

Respire! Respire!

Les rayons reflètent sur le toit des maisons

Les pigeons et oiseaux heureux

Qui passent, qui volent en chanson

Faisant l’aumône aux vieux.

Le sable aussi brûle

Comme l’enfer,

Mais l’Homme est une tête de mûle

Et finit par courir vers la mer.

Il fait chaud!

Le soleil continue à réchauffer

Nos terres, nos têtes, nos mots

Rien ne peut l’arrêter.

Car voici que sous nos âmes ébahies

il a étreint pendant notre sommeil d’humanité,

Pendant nos rêves où tout s’oublie,

le chaleureux été.

 

Angie

 

 

Petites feuilles

 

Elles s’accrochent, fragiles et petites

A cet arbre qui les lie à la vie,

A ce soleil qui les rend plus belles, vite, vite

Avant que l’été ne s’enfuit.

Petites feuilles  dans Mes poèmes: Nature feuille_01

Mais voilà le vent qui se fait plus violent

Et emporte avec lui quelques unes de ces feuilles

Qui ne résistent plus et dans l’air s’envolant

Avant de tomber au sol sans qu’elles ne le veuillent.

feuille_01 dans Mes poèmes: Nature

Elles sont là, mourantes sur la terre froide et indifférente.

Elles fixent le ciel sans plus rien espérer

Et restent immobiles, attendant tremblantes

De n’être que poussières. Elles, piétinées.

feuille_01

Au loin le grand arbre regrette ces quelques folles,

Mais les survivantes chantent encore pour lui,

Et scintillent au soleil. Elles mourront en automne.

Certaines partiront avant, portées par le vent vers l’oubli.

feuille_01

Elles, les petites feuilles que l’on ne regarde pas,

Elles, pourtant si mutines dans leur joli habit.

Elles qui nous ressemblent tant ici-bas,

Et qui, face au vent, s’accrochent à la vie.

feuille_01

Elles renferment en elles la douceur du printemps

Qui passe puis disparaît pour pouvoir mieux renaître.

Mais les feuilles aussi s’en vont avec le temps

Alors parfois regardons-les, juste là, à nos fenêtres.

 

Angie

 

Image de prévisualisation YouTube

La valse des flocons

 

Petites pépites d’argent,

Mille larmes d’Hiver,

Elles valsent, valsent au vent,

Gracieuses et légères.

Portées par la douce musique,

Fragile et grisante,

D’une flûte nostalgique,

Elles se font plus charmantes.

 

Sous le ciel assombri

Des lumières s’allument,

Et quelques badauds par-ci

Courent toujours dans la brume.

D’autres, aux fenêtres, admirent

La danse de ces folles,

Qui une à une, sans frémir,

Meurent au sol.

 

Petits et mutins flocons,

Tombent, tombent encore.

Ô, chapeau des maisons

Recouvert de leur or.

Et les lumières illuminent

La blancheur du manteau

D’une terre qui fulmine

La froideur de sa peau.

 

C’est au réveil du matin,

Que le soleil dévoilera

Aux champs et sapins

Leur habit tout en soie.

Brodé au fil d’Hiver,

Il laisse à nos coeurs,

Un écho d’Univers

Qui frisonne. Ô chaleur!

 

Angie

 Image de prévisualisation YouTube

Tchaïkovski – La valse des flocons de neige – Casse-noisette

Le chant des fées

 

Dans le lointain,

Entendez-vous ce chant?

Le chant de douces fées

Aux ailes étoilées

Dans une fleur,

Dans une feuille,

Dans un arbre.

Avec elles, l’Espoir

Qui brille

Faiblement

Aux rayons du soleil.

Le vent

Disperse leur chant

A travers l’Univers

Devenu silence

Devant les croix

Qui s’élèvent

Vers le ciel tacheté de sang,

A la terre fertile.

Entendez-vous leur chant?

Elles chantent

Une rose qui s’ouvre,

Une graine qui pousse,

L’eau d’un fleuve

Claire comme un songe.

Elles chantent

Le printemps,

L’été,

L’hiver,

L’automne,

Elles chantent  

L’Amour et l’Amitié,

L’Eternelle lune

Qui dévoile sa beauté

A l’ombre perchée

Sur la montagne.

Elles chantent, oui,

Elles chantent

Le premier cri

D’un nouveau paradis.

Elles chantent,

Tout ce qu’on a perdu.

 

 Angie

 

 

 

 

 

 

 

Le vieux chêne

 

Le vieux chêne dans Mes poèmes: Nature

 

Ô toi grand arbre vénéré,

Tu te tiens toujours debout, fier,

Malgré ces milliers d’années

Où tu as vu le monde en guerre

Se déchirer.

 

Ce soir, tu vois, mes larmes ne cessent

De se verser, encore et encore,

Car j’ai le coeur en morceaux.

 Mais toi ton écorce reste joyau.

 Oui, même si elle a vieilli,

En elle,

Elle porte les marques éternelles de ta vie.

 

Je m’assis là, sur une de tes racines,

La tête posée sur ton tronc,

Les yeux vers le ciel étoilé.

Vois-tu comme il a mauvaise mine?

L’Homme devrait lui demander pardon.

 

Je t’en prie, chante-moi cet espoir qui demeure en toi,

Montre moi à travers le murmure de tes feuilles

Ce jour lointain où un paradis se dessinera,

Où l’éclat de la lune fera fuir l’aurore

Et où le soleil restera notre dernier trésor.

 

La brise est douce, elle rend humide les larmes sur mes joues

Pendant que le silence étreint le peu qu’il reste de nous.

Il est l’heure. Alors, dormons, dormons vieux chêne

Pour que j’oublie encore une fois que je suis humaine.

 

Angie

 

Sous un vieux chêne…

 

A la cime d’un arbre

Perché au-dessus d’une montagne,

Je regarderai, éprise, l’infini ciel blanc

Au goût fruité du printemps.

 

Parfumé par la brise du souffleur,

Je m’endormirais sur un tendre nuage

Moelleux et chaud sous les rayons du soleil

Qui m’emporte, transparent, dans son sommeil.

 

J’ouvrirai les yeux au coin d’une étoile

Qui, à cette heure-ci, chante sa lumière

A la lune qui encore sourit

En voyant son reflet sur le lac de minuit.

 

Et au petit matin je reviendrai aux vivants

Sous le doux ombrage d’un vieux chêne

Qui me racontera une drôle d’histoire,

Un rêve furtif qui n’en était pas un…

 

Angie

 

1234

Calendrier

mai 2019
L Ma Me J V S D
« fév    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Quelques textes des étudian... |
LA PHILO SELON SYLVIE |
Les écrits de Shok Nar |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | kantinof
| quelques mots parmi tant d'...
| MA PETITE FEE