La brise

 Image de prévisualisation YouTube

Tout laisser tomber…cinq minutes…

 

Qu’importe le brasier de l’Eternel

Qui assèche sans remord,

Elle est tel un mirage, l’Oasis,

La fraîcheur du nouvel espoir.

 

Perchée à la cime de l’Univers

Déployant ses ailes cristallines

Elle glisse à l’allure d’une caresse

Un murmure à l’oreille de la Terre

 

Ha, les grands bois frissonnent

Et les mauvaises herbes rêvent.

Enveloppée dans les nuages

Elle observe les sentiers du Temps

 

Des larmes roulent sur des joues

Si tendres et rouges de peines

Que la brise se mit à trembler

Se laissant tomber de son cortège.

 

Alors…

 

Sans comprendre, sans connaître,

Les péchés, les bonnes actions

De toute une vie, elle se donne

Entière et de son chant délicat

 

Elle s’empare de tous les malheurs

Le monde s’arrêtant de battre,

S’enivre de toute sa chair

Au parfum de la Délivrance…

 

Angie

1 commentaire à “La brise”


  1. 0 talengar 30 avr 2010 à 22:33

    J’ai senti un vent dans ce poème, le vent du réconfort, ce vent qui nous emporte… loin de la tourmente, loin de la tempête, il nous offre ses caresses lorsqu’on lui tend la joue, il sèche nos larmes et allège notre coeur! C’est une brise, c’est une bise, un oiseau de douceur.

    Merci

    Tal

    Dernière publication sur Pensée d'un jour, pensée de toujours : Rêve d'avenir passé

Laisser un commentaire



Quelques textes des étudian... |
LA PHILO SELON SYLVIE |
Les écrits de Shok Nar |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | kantinof
| quelques mots parmi tant d'...
| MA PETITE FEE